Ne le raconte à personne...

Adaptation fidèle d’un roman de Harlan Coben, il est difficile de parler de Ne le dis à personne sans en déflorer l’intrigue, tant le mécanisme du secret multi-couches semble présent chez cet auteur. Réalisé par Guillaume Canet, le film présente un intérêt très relatif. Ceux qui auront lu le roman risquent fort de s’ennuyer, puisque l’essentiel de l’intérêt de l’histoire consiste justement en cette découverte progressive d’une intrigue complexe. Ceux n’ayant pas lu le livre se retrouveront face à un polar de facture correcte, sans plus. François Cluzet, André Dussollier et tous les autres acteurs sont crédibles dans leurs rôles, l’action s’enchaîne sans à-coups, mais en revanche, on peut se questionner sur la pertinence d’avoir porté cette histoire à l’écran. L’impression qui se dégage est que le support cinématographie n’apporte rien de nouveau à l’histoire. Finalement, et de manière assez paradoxale, c’est peut-être la retranscription (trop) fidèle de l’histoire qui aura desservi le film, Guillaume Canet, dont c’est le deuxième long-métrage, se focalisant visiblement plus sur le respect du scénario que sur une adaptation novatrice. Légère déception donc, à nuancer par le fait que l’histoire m’était connue.