L’avenir est rose

Très très bonne surprise pour ce film que j’anticipais comme un banal film de science fiction. Si l’intrigue principale (la stérilité universelle et donc la fin de l’humanité à très court terme) n’a rien de révolutionnaire, c’est surtout la toile de fond dans laquelle elle prend place qui est intéressante : une vision inquiétante mais finalement assez réaliste, de notre société occidentale : les états riches se referment de plus en plus sur eux-mêmes, tandis que les innombrables immigrants clandestins sont parqués dans des camps de concentration, dans lesquelles se développent une véritable société parallèle, sombre et brutale. Les acteurs sont d’un bon niveau, avec une mention spéciale pour Clive Owen, parfait dans son rôle de bodyguard malgré lui, tiraillé entre sa peur et ses convictions. Mais par dessus tout, ce qui sert le film et cette trame d’ensemble dont je parlais, c’est la manière de filmer du réalisateur. Sans être franchement révolutionnaire, elle est surtout parfaitement adaptée au thème et à l’impression de malaise qui s’y rattache. Lors de certaines scènes, on a vraiment l’impression de se retrouver au coeur de l’action, sans possibilité de fuite, et cela ajoute un réel plus (surtout lorsqu’on imagine que notre société pourrait ressemble à celle-là d’ici quelques années). Une bonne surprise donc, même si on peut émettre un léger bémol quant à la fin, en dessous de la qualité générale du film.