Leur jour de gloire est loupé

Le battage médiatique et politique qui s’était créé autour de Indigènes m’avait donné un a priori négatif, qui ne s’est malheureusement pas vu infirmer par le film en lui-même. Le thème traité était pourtant suffisamment original, le scénario mettant bien celui-ci en valeur et permettant de se faire une vue d’ensemble de la situation des étrangers dans l’armée française lors de la deuxième guerre mondiale. Le cheminement de ces 4 soldats maghrébins, de leur pays d’origine aux Ardennes française, est filmé de manière efficace quoique conventionnelle, et on se surprend à éprouver un semblant de sympathie face à leur naïveté et à leur foi dans leur cause. Le bât blesse hélas sur deux points : le jeu des acteurs tout d’abord. Si Roschdy Zem et Sami Bouajila ne s’en sortent pas trop mal, Jamel Debbouze ne parvient pas à être crédible, malgré des efforts évidents. Quant à Samy Naceri, son jeu trop stéréotypé et son agressivité permanente ne collent pas vraiment au rôle. L’autre point qui m’a déçu est la victimisation un peu trop poussée (à mon sens) des protagonistes. On sent que le réalisateur a voulu poser les pauvres soldats victimes face aux méchants officiers de l’armée française. J’imagine que la vérité historique a été respectée dans l’ensemble, mais je pense que le film aurait gagné a un peu plus de nuance. Ajoutons quelques longueurs pas toujours indispensables, et on se retrouve avec un film dont on sort plus déçu qu’enthousiasmé.