Jack Sparrow à Walibi

Cherchant plus à divertir qu’à captiver, le retour des aventures de Jack Sparrow décevra sans doute les séduits du premier opus. Car si l’épisode précédent développait une véritable aventure linéaire de bout en bout et alimentée par des rebondissements, le second semble avoir oublié de donner une direction générale aux tribulations du pirate Depp. Devenu l’argument central, Jack porte sur ses épaules tout l’intérêt du film. Volant de grimace en culbute au gré des situations burlesques imaginées par les scénaristes, le personnage tient plus du toon que de la flibuste. Pour dynamiser le procédé, l’action du film revisite bon nombre de clichés : la tribu anthropophage, la secte vaudou et le bon vieux vaisseau fantôme. On retiendra tout particulièrement ce dernier pour l’inventivité visuelle des pirates mi-hommes mi-créatures marines, bien que la surcharge empêche par moment de profiter des détails. Au final, l’absence d’un fil conducteur apparente Pirates des Caraïbes II à un tour de manège amusant mais qui a du mal à tenir la longueur de ses trois heures. Par ailleurs, les nombreuses références au premier film pourraient désorienter ceux qui ont la mémoire déficiente et compliquer un peu plus la compréhension de l’histoire pour les plus jeunes.