Le guide du bricoleur

Tout le problème de Michel Gondry réside dans la qualité qui fait la réputation de son cinéma. Très ingénieux, il réussit à mettre en valeur des techniques de brocanteur à l’heure où il devient difficile d’esquiver le tout à la numérisation. Outre leurs qualités artistiques, ses effets spéciaux faits main confèrent à ses oeuvres une touche de poésie que n’aurait pas renié Jacques Demy.

Hélas, si l’idée qui sert de prétexte à Be Kind, Rewind est amusante - en gros, refaire des films cultes en amateur dans son garage -, il manque cruellement une intrigue à ce long métrage qui apparait dès lors comme une simple démonstration du savoir faire de l’auteur, et, malheureusement, comme une niaiserie potache (ce vers quoi lorgnait déjà La mécanique des rêves). Finalement, la vision du film s’avère inutile lorsqu’on sait que les œuvres qui y sont détournées ("sweded") sont visibles sur Internet et que vous pouvez vous aussi vous y mettre...