L’antre de la folie

Le moins que l’on puisse dire c’est que le chaos règne au sein de cette aventure du chevalier noir. Oubliées les fantaisies discos de Joël Schumacher, c’est à un véritable film noir que nous sommes conviés. Oubliée l’influence gothique de Tim Burton, l’architecture de Gotham City n’a jamais été aussi réaliste.

Christopher Nolan l’a dit, son inspiration réside bien plus dans le travail de Michael Mann (chantre du polar urbain) que dans la mythologie des super héros. La réussite du film est donc à mettre au crédit de cette intention avoué du cinéaste : faire un film adulte.

En ce sens, The Dark Knight est une date dans l’histoire du cinéma de divertissement parce qu’il prouve que l’on peut connaître un succès public sans pour autant infantiliser son propos. Soulignons enfin la performance des acteurs, dont la liste serait trop fastidieuse, car oui, The Dark Knight est aussi et surtout un film d’acteurs.