Triste sire

Un film de genre belge présenté lors du Bifff, avec Laurent Lucas dedans, ça me rappelle quelque chose ! Oui, mais méfiez-vous des contrefaçons. En effet, si le film de Manu Gomez a effectivement des relents de calvaire, ça n’a aucun rapport avec le film de Fabrice Du Welz. Voici la plus grosse purge qu’il m’ait été donné de voir dans une salle de cinéma, ni plus, ni moins. Le scénario est mal foutu, l’image est laide, le montage est d’une faiblesse hallucinante (ces fondus au noir qui ponctuent les trous narratifs !), sans parlé du jeu des acteurs (tous en mode automatique) mais le pire, c’est l’ambition « punk » du film. Tellement désuète et académique dans son expression que ça en devient pathétique.