Les animaux amoureux de Laurent Charbonnier

Amis des dimanches après-midi de l’ennuis, bonjour ! Passer après des documentaires tels que La marche de l’empereur, Microcosmos et plus récemment Un jour sur terre n’est pas la chose la plus simple à faire mais là on assiste à un fabuleux retour en arrière, il n’y a absolument rien de neuf et c’est carrément la léthargie qui finit par nous envahir. Bravo l’illusion, on essaye de nous charmer avec la douce voix de Cécile de France qui ponctue ce drame animalier mais personne n’est dupe. Les moments insolites sont rares et les scènes creuses sont interminables, ennuyeuses, dérangeantes voir obscènes. Ce film a beau traiter d’animaux, un peu de subtilité et de classe n’auraient pas été de trop. Les séquences sont présentées systématiquement de la même manière et cela manque terriblement de vie or l’objectif visé, a priori, est à l’opposé. On ne fait finalement qu’aller et venir de minutes en minutes sans se poser et de ce fait aussi on arrive difficilement à se sentir touché.

Assia