Mort de rire !

Je crois que c’est le premier film suédois que je vois de ma vie (oui, je n’ai vu aucun Bergman !) et ce fût une très agréable surprise. Si le film pourrait donné l’impression de se montrer hermétique dans sa démarche, ne vous y fiez pas : ce ne serait qu’un trompe l’œil. En ces temps d’uniformisation, ce qui met à mal nos habitudes cinématographiques est une aubaine, il faut donc dépasser ses aprioris pour pouvoir apprécier à sa juste valeur le travail de Roy Andersson.

La mise en scène se base essentiellement sur des plans fixes, le cadre figé pourrait représenter le morne quotidien dans lequel les personnages se débattent sans trop de conviction. De ce fait, un soin particulier à été apporté à la composition picturale des plans. Tandis que le traitement de l’image contribue à instaurer un climat des plus dépressifs.

Pourtant, le film est très drôle. Un humour à froid qui réchauffe le cœur et qui nous interroge sur nos vies. En ce moquant de notre condition, Andersson pointe du doigt l’absurdité qui côtoie si souvent nos existences. Alors, oui : « You the living » est une comédie. Bien sûr, ce n’est pas « Les bronzés » mais c’est beaucoup mieux que ça. Laissez-vous tentez, on ne vit qu’une fois !