Sec mais sans froideur

Angie, blonde décolorée trentenaire et personnage principal du dernier film de Ken Loach, pourrait être une de nos connaissances. Fonceuse, elle est bien déterminée, suite à un licenciement abusif, à gagner de l’argent rapidement en montant sa propre agence d’intérim avec son amie et co-locataire Rose.

Ce film illustre de manière réaliste et parfois dure (la scène des travailleurs n’étant pas payés après 3 semaines l’est notamment) l’exploitation des travailleurs migrants. Angie semble sans limites, dépassée par elle-même et menée par l’appât du gain. Elle est aussi dure que le monde actuel dans lequel elle vit et illustre cette dualité compassion/exploitation à l’égard des migrants.

Le film est sec sans tomber dans la froideur et interpelle car il nous renvoie à nos propres limites face à cette réalité qui est bien la nôtre, ce monde dans lequel nous vivons et auquel nous participons. A voir et certainement à revoir.