Noir c’est noir.

Voilà longtemps que je n’étais plus ressorti d’un film de Martin Scorsese en me disant « si ce gars n’a pas révolutionné le cinéma, il sait au moins se servir d’une caméra ». C’est maintenant chose faite ! The Departed n’est rien d’autre que l’adaptation assez fidèle d’un film japonais, Infernal Affairs. Si vous aimez les histoires de gangsters bien tordues et les intrigues aux multiples rebondissements, The Departed est fait pour vous. Scorsese, comme souvent, nous raconte un univers brutal et sans pitié, un univers où même les défenseurs de la loi doivent se comporter comme de parfaites crapules si elles veulent sauver leur peau. Le casting est assez impressionnant, et les acteurs sont dans l’ensemble très bons (à part peut-être Matt Damon qui a du mal à se sortir de son stéréotype de gendre idéal). En outre, c’est un réel plaisir de revoir Martin Sheen dans un rôle qui lui va comme un gant et Jack Nicholson en gangster psychopathe que n’aurait pas renié Shining. Le scénario, bien qu’un peu prévisible, tient en haleine de bout en bout, et on se demande à tout moment quel autre coup tordu Scorsese va sortir de sa manche. Pour autant, l’ensemble garde sa crédibilité, et, s’il n’est pas le chef-d’oeuvre du siècle, The Departed reste un très bon thriller policier, sombre et violent à souhait.