Sicko de Michael Moore

Aussi percutant que les deux premiers opus.

Michael Moore a le dont d’appuyer là où ça fait mal. Tout ce qui est passé sous silence ou savamment édulcoré est audacieusement exposé aux yeux du monde.

Personne mieux que Moore n’arrive à jongler avec des sujets aussi délicats et à en faire ressortir des moments de pure grâce, son humour est incisif, son atout majeur reste la proximité, l’écoute, la perspicacité et l’entêtement à trouver et dénoncer les failles de façon très, très personnel.

Il nous expose avec Sicko la face d’une Amérique méconnue où les problème liés aux assurances santé sont une vrai calamité avec de scènes insensées qui marqueront longtemps les esprits.

D’accord ou pas avec la méthode, il a le mérite d’attirer l’attention sur des éléments dont on ne soupçonnait pas la tournure, après on se fait sa propre opinion sur la question.

A ceux qui pensaient que l’Amérique était la terre promise… Think about it !