À bout de souffle !

Il est peut-être utile de préciser dès le départ que je n’ai pas vu le film de Jean-Pierre Melville, première adaptation du roman de José Giovanni (ex-voyou reconverti dans l’écriture et la mise en scène). Aucun parti pris de ma part donc, juste le vague espoir de passer un agréable moment.

L’ambition du projet est énorme (il suffit de voir la « lourdeur » de la distribution), tous les moyens sont mis à la disposition d’Alain Corneau pour faire de l’ombre à son illustre prédécesseur. Hélas, l’envergure titanesque du projet à surtout des airs de boursouflure vide et gonflante !

Par rapport au sujet aborder, le film est justement trop prétentieux (au niveau de la forme du moins), en effet, un peu d’humilité n’aurait pas fait de mal. Le point de vue aborder par Corneau : de son casting à son esthétique, est à mes yeux mal placé. Il aurait fallu plus de rudesse moins de paillettes, plus d’acteurs et moins de stars.

Sans parler du scénario qui multiplie les invraisemblances tel un baratineur qui ne parvient à duper personne. De plus, l’histoire paraît désuète et l’on a quelques fois du mal à comprendre les motivations de personnages issus de ce monde révolu. En gros, le réalisateur de « Série noire » ne parvient pas à nous embarquer dans ce travelling arrière.

Le visuel du film, quant à lui, oscille entre une flamboyance flirtant avec le sublime et un sépia de mauvais goût. Toute la dualité de ce remake se résumant à cela, des ambitions louables mais exploitées maladroitement. Corneau a confondu sentiment noble et effets de luxe !

Pour les acteurs, si Michel Blanc parvient à tirer son épingle du jeu avec grand talent, Daniel Auteuil paraît porter un rôle trop grand pour lui (Auteuil qu’il est, il n’a pas l’envergure d’un Ventura !). Enfin, pour ma part : Monica Belucci est toujours aussi limitée dans son jeu et il faudrait peut-être lui dire que changer de couleur de cheveux ne suffit pas à se renouveler...

Terminons par une note positive tout de même : le plan-séquence (fixe) qui termine le film est super classe...à moins que ce ne soit la joie d’arriver au bout de cette purge qui me fasse dire ça ?