La croix et la bannière

Loin de moi l’envie de stigmatiser (aïe !) les documentaires qui traitent du côté obscur de la patrie au drapeau étoilé mais je me méfie toutefois de l’ambiance anti-américaine, quelquefois complaisante, qui règne depuis quelques années maintenant dans le milieu bobo et artistique européen (la critique est unanime et dithyrambique concernant ce film). S’il faut loué la liberté d’expression et l’esprit critique développé depuis peu envers l’ « oncle d’Amérique », surtout en comparaison avec l’absence totale de remise en question qui domina la période pré-11 septembre (ça y’est la date est lâché !), il ne faudrait pas tombé dans le travers inverse non plus ! Mais qu’en est-il du film ? Hé bien, pas grand-chose à vrai dire...du moins pas grand-chose de cinématographique. Oui, il décrit un fanatisme autre qu’islamiste (ce qui est déjà original en soit !), oui il témoigne de l’endoctrinement que subissent les enfants des régions rurales américaines et surtout OUI, il enfonce des portes déjà grande ouvertes. De plus, je pense que le film aurait mieux trouvé sa place dans la grille horaire d’Arte plutôt que dans une salle obscure. Pour ma part, il y aurait été, alors, apprécié à sa juste valeur.