Voyage au bout de l’horreur

Voyage au bout de l’horreur

Autant le dire tout de suite, je suis un de ceux que le premier « Hostel » n’avait pas convaincus. Cette production parrainée par Tarantino et vendu comme l’expérience ultime en matière de cinéma d’épouvante post-SAW, n’assuma pas- à mes yeux- son énorme buzz ! Le destin a pourtant voulu que je me retrouve dans cette salle pour découvrir la suite du film d’Eli Roth.

Bien plus qu’une simple relecture conjuguée, cette fois-ci, au féminin, « Hostel 2 », permet d’approfondir la thématique entamé dans le premier volet en dévoilant les dessous, pas très propres, de l’obscure organisation. La grande réussite réside en grande partie dans le scénario qui nous permet d’accompagner, en parallèle, les futures victimes et les futurs bourreaux (qui est qui ?). À partir de là, notre attention est agrippé pour ne plus être relâché avant la fin.

On sent malgré la violence du film, une touche d’humour (d’ironie) parsemé tout le long du métrage sans toutefois tombé dans le second degré parodique. Bref, si vous cherchez une bonne petite série b hargneuse, « Hostel 2 » est pour vous !