Persepolis : réussite graphique à la decouverte d’un Iran

Cette histoire autobiographique d’une petite fille, Marjane, nous fait voyager de la tourmente de l’Iran des années 80 à une rencontre avec une société occidentale dépeinte de manière sévère. Cette adaptation de la bande dessinée du même nom est soutenue par une animation en noir et blanc alternant aplats, lignes claires et un travail de textures judicieux. On retrouve par ce jeu une ambiance pleine de contraste entre la gravité des situations et le quotidien des personnages souvent traité avec un humour acidulé.

Si le récit de par sa nature pèche par manque d’une ligne narrative structurée et d’un réel aboutissement, l’implication sentimentale et nostalgique mise en évidence nous le fait vite oublier. On pourra regretter parfois les partis pris sans nuance qui sont exposés, mais l’honnêteté de l’auteur de ne pas s’en cacher évite au film de tomber dans un écueil militant qui desservirait celui-ci.

Ce film émouvant devrait trouver une place de choix dans le milieu de l’animation.