A guide to recognize a good movie

On conseille souvent aux auteurs qui débutent de parler d’un sujet qui ne leur est pas trop étranger. Malgré des antécédents punks, Montiel respecte la règle et adapte son roman autobiographique. On sent que le jeune réalisateur connaît parfaîtement les rues que sa caméra arpente pour nous conter ce face à face entre passé et présent. Il va même jusqu’à faire de ses personnages de fiction des incarnations de sa réalité la plus intime : le personnage qu’interprète Shia LaBeouf et Robert Downey Jr n’est autre que l’alter ego de Montiel à différents moments de sa vie. Cette proximité renforce l’impact émotionnel de cette chronique et permet au cinéaste de nous entraîner dans son univers. Les comédiens, en état de grâce, ne sont pas en reste pour susciter l’empathie. En effet, les performances de Robert Downey Jr (tout en retenue), de Chazz Palminteri (exceptionnel en paternel dépassé !), de Channing Tatum (révélation brutale !) et du reste du casting (où figure quelques amateurs !) contribue à donner au film un cœur gros comme ça ! Notons également, une mise en scène nerveuse (Montiel revendique l’influence du film brésilien « La cité de Dieu » de F. Meirelles) et poétique ainsi qu’un montage inventif et vous obtenez l’un des films (le film ?) qu’il ne faut absolument pas rater en ce moment.