Michou d’Auber

L’histoire d’une famille algérienne que tout va séparer dans un France déchirée par la guerre d’Algérie. Un film bercé par les musiques et les chansons de Dalida et Bourvil. Une histoire vraie, touchante, troublante et émouvante à la fois. Des paysages de la France profonde en pleine nature, des acteurs hauts en couleurs dans leur rôle : à la fois tendre, bête où méchant suivant les personnages...

Un Gérard Depardieu comme on voudrait le voir plus souvent. Quant à Nathalie Baye, c’est un régal. Et que dire des deux enfants qui occupent le devant de l’écran ? Surtout l’un d’eux qui crève l’écran tant le niveau d’interprétation est digne de ce que l’on fait de mieux en la matière.

Ce film plonge le spectateur dans une réflexion profonde sur l’acceptation de l’AUTRE, l’étranger qui, suivant le moment, peut mourir pour la France ou se faire assassiner au nom de sa couleur par les mêmes armes avec lesquelles il a combattu. A méditer !

1960 est la période de cette histoire vraie. Je ne peux que donner une cotation maximum de 10/10. Cela est rare de ma part, mais il m’est impossible de faire autrement. Un régal du début à la fin sans temps mort.

JLK.

L’amour est polus fort que tout.