Le grand silence

Le film porte bien son nom... Un long silence de 2h40, à peine troublé par des bruits de cloches, de portes qui s’ouvrent, qui se ferment, des chants psalmodiés, des pas dans les couloirs, quelques oiseaux ( qui mettaient un peu de gaité, heureusement ).

La vie monastique comme si j’y étais,comme si j’avais moi-même revêtu la robe mais sans l’avoir demandée...Les jours se répètent et se ressemblent dans la monotonie, la routine, la rigueur, la discipline, la tristesse. Tout est froid, dans les murs et dans les coeurs. Je n’y pas ressenti d’amour et de joie comme je m’y attendais de la part de gens qui ont consacré leur vie à Dieu.

Les seuls sourires et rires que j’y ai vus, c’est pendant une récré dans le jardin..J e me suis sentie emprisonnée dans ces murs, j’étouffais d’ennui et n’y tenant plus, je suis partie aprs 1h/2. L’air frais dans la rue m’a semblé tellement agréable...

J’aime pourtant la solitude, la spiritualité, les retraites en montagne, mais là je n’ai ressenti aucune émotion et la façon dont ces moines ont été filmés n’a rien arrangé...C’est d’une monotonie ! J’ai mis 10 minutes à comprendre les images du début et ce qu’elles voulaient représenter.

Je ne comprends vraiment pas comment ce film a été primé 2 fois... La seule chose positive que j’y ai vue, ce sont les jeux de lumière, les clairs-obscurs qui apparaissaient de temps en temps et qui me rappelaient des tableaux de Vermeer. C’est peu de choses pour 2h40 de projection... Si c’est de cette façon qu’elles veulent susciter des vocations, les abbayes vont bientôt être des musées... Je mets 2 sur 5 pour ce film qui, pour moi, a raté son but... C.D